Depuis Bolomakoté à Bobo-Dioulasso
 
 
 
 
 
 
 
 

Que pensent les Africains de la coopération internationale?
Que pensent-ils de nous lorsqu'ils sont là-bas?
Et lorsqu'ils sont ici?
Que laissent-ils derrière eux lorsqu'ils viennent s'installer en Europe?
Quelles sont leurs impressions en arrivant ici?
Quels sont les rêves qui disparaissent en cours de route?

Bien souvent, ce que nous savons de l'Afrique et des Africains nous arrivent via les témoignages des volontaires et des médias du Nord. Conversations avec l'Afrique a pour vocation d'être un espace ouvert d'échange entre le Nord et le Sud, dans lesquels des Africains d'ici et de là-bas témoignent de la situation de leur pays, de leur continent, de leurs projets, de leurs problèmes, de leur avenir, de tout ce qu'il veulent en somme nous faire partager.


Depuis bolomakoté à Bobo dioulasso
Charles Traoré Delabrousse

Le Burkina Faso, « pays de l'Homme intègre » naguère connu sous le nom de Haute volta, s'est hissé dans l'histoire au début des années 1980 par l'avènement au pouvoir d'un jeune officier militaire du nom de Thomas Sankara, panafricaniste au sens le plus strict du terme…

Et comme le dit une sagesse de chez nous : « la bonne sauce ne dure dans le plat». Ainsi notre homme comme nombre de grands Hommes politiques, défenseurs de la cause africaine ne dura que quatre ans au pouvoir ; emporté par la machination du même système ayant privé la vie aux grands maîtres africains.

Aujourd'hui le Burkina Faso tant bien que mal se trace son destin avec au pouvoir son excellence Monsieur Blaise Compaoré enfant fétiche de Ziniaré.

Avec une superficie de 274.200 Km2 et une population de 12 millions environ, le pays regorge de nombreuse richesses culturelles bien que peu favorisé par la nature. Une soixante d'ethnies vivent en parfaite harmonie avec chacune sa langue, ses traditions, son sphère géographique…sur une terre semi-aride et vivant pour le grand nombre de l'agriculture et de l'élevage.

Pour valoriser sa richesse culturelle notamment son sens de l'hospitalité, de nombreux festivals et salons se tiennent à travers le pays ; à ces nombres je cite : le SIAO (Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou), le FESPACO (FEStival PAnafricain et Culturel de Ouagadougou), la SNC (Semaine Nationale de la Culture de Bobo), les nuits atypiques de Koudougou et j'en passe.

Le défi majeur du pays des Hommes intègres est de mener lutte acharnée contre la pauvreté, l'analphabétisme source de tous les maux et en favorisant le mieux être du genre féminin, pilier de notre société. Pour ce faire, le gouvernement travaille main dans la main avec ONG, associations, groupements en vue de gagner ce pari.

Situé dans la corne de l'Afrique occidentale, le pays regorge de potentialités touristiques qui attirent chaque année la curiosité de milliers de touristes.

Rendez-vous donc au village artisanale de Ouagadougou la capitale, autour des silures sacrées à Bobo Dioulasso ou au quartier Bolomakoté pour boire et danser au son du tam-tam.



LE FESPACO est la manifestation cinématographique la plus importante du contienent africain. Le dernier festival a eu lieu à Ouagadougou entre le 24 février et le 3 mars.


Mosquée de Bobo-Diulasso.

Saison de pluie au Burkina Fasso.
 
 
 
 
 
África Viva est une association sans but lucratif, CIF: G-17634551, inscrite dans le registre des entités de la Generalitat de Catalogne avec le nº 3819.